CERCLE DES VACHES DISPARUES
Bienvenu sur le Forum !
CERCLE DES VACHES DISPARUES

forum de discussion
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Peut-on regretter d'être une mère? Les Allemands s'écharpent

Aller en bas 
AuteurMessage
Thalanth
Maitresse Es Cornichouilles
Maitresse Es Cornichouilles
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1150
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Peut-on regretter d'être une mère? Les Allemands s'écharpent   Mer 29 Juin - 18:13

J'ai failli le mettre dans le topic parent mais finalement non sourire

Citation :
SOCIETE Une chercheuse a publié en 2015 les témoignages de plusieurs femmes qui lui ont confié leur regret d’avoir fait des enfants…

Peut-on regretter d’être mère ? Ce n’est pas vraiment comme si on pouvait renvoyer les enfants d’où ils viennent, mais le débat, lancé par une chercheuse israélienne, agite l’Allemagne comme nul autre pays et bouscule sa vision de la maternité, si exigeante qu’elle en devient dissuasive. « En Israël, c’était réglé en une semaine. En Allemagne, ça dure depuis des mois », s’étonnait récemment la sociologue Orna Donath, dont l’étude « Regretting Motherhood » est parue début 2015.
Raconter l’ambivalence maternelle

Lasse de s’entendre prédire qu’elle « regretterait » de ne pas vouloir d’enfant, la chercheuse a recueilli les témoignages de 23 femmes qui, à l’inverse, aiment les leurs mais auraient préféré ne pas les avoir.

En racontant sans fard l’ambivalence maternelle, loin du discours convenu d’un bonheur sans nuages, l’ouvrage a d’emblée séduit à l’étranger. Mais seule l’Allemagne, dont la fécondité est deux fois inférieure à celle d’Israël, semble ne jamais se fatiguer du sujet.

Une série de livres sont parus sur le même thème, dont Le mensonge du bonheur maternel de Sarah Fischer, et chaque semaine amène sa tribune de presse, son débat télévisé ou ses échanges sur Twitter, sous le hashtag #RegrettingMotherhood.

Peut-on regretter d’être mère ? Ce n’est pas vraiment comme si on pouvait renvoyer les enfants d’où ils viennent, mais le débat, lancé par une chercheuse israélienne, agite l’Allemagne comme nul autre pays et bouscule sa vision de la maternité, si exigeante qu’elle en devient dissuasive. « En Israël, c’était réglé en une semaine. En Allemagne, ça dure depuis des mois », s’étonnait récemment la sociologue Orna Donath, dont l’étude « Regretting Motherhood » est parue début 2015.
Raconter l’ambivalence maternelle

Lasse de s’entendre prédire qu’elle « regretterait » de ne pas vouloir d’enfant, la chercheuse a recueilli les témoignages de 23 femmes qui, à l’inverse, aiment les leurs mais auraient préféré ne pas les avoir.

En racontant sans fard l’ambivalence maternelle, loin du discours convenu d’un bonheur sans nuages, l’ouvrage a d’emblée séduit à l’étranger. Mais seule l’Allemagne, dont la fécondité est deux fois inférieure à celle d’Israël, semble ne jamais se fatiguer du sujet.

Une série de livres sont parus sur le même thème, dont Le mensonge du bonheur maternel de Sarah Fischer, et chaque semaine amène sa tribune de presse, son débat télévisé ou ses échanges sur Twitter, sous le hashtag #RegrettingMotherhood.

En Allemagne, « plus du tiers des femmes qui ont fait des études supérieures restent sans enfant, une situation unique en Europe », rappelle l’universitaire Barbara Vinken, dont un ouvrage analysait dès 2001 le « mythe » de la « mère allemande ».
Femme active et « mère corbeau »

Pour Barbara Vinken, l’étude d’Orna Donath touche l’Allemagne parce qu’elle remet « radicalement en cause la joie d’avoir des enfants dans une société qui attend tout des mères, et où les mères exigent tout d’elles-mêmes ». L’idée que le bien-être d’un enfant repose sur sa mère, qui le confie peu à une structure collective ou à son conjoint, fait l’objet d’un consensus tenace en Allemagne et pénalise les carrières féminines. Mais pas qu’en Allemagne, à en croire ce tweet de cette jeune femme originaire de République tchèque, où le même poids social semble peser sur les épaules des mères : « Intéressant ce débat en Allemagne à propos de #regrettingmotherhood, il brise un tabou, qui est très fort chez nous aussi ».

Mais aussi en Italie. « L’affirmation de se ressentir comme des mamans repenties, des femmes qui ne sont pas heureuses ou épanouies dans le fait d’être mères », tweete un internaute italien.

« Ce n’est pas comme en France, où l’on s’autorise une coupe de champagne pendant la grossesse, où l’on allaite peu de temps et reprend au bout de trois mois le travail et sa vie normale d’adulte », explique Barbara Vinken.

Qu’une femme retravaille sans s’être arrêtée au minimum un an - plus souvent trois - et elle se verra affubler du sobriquet de « mère corbeau » (« Rabenmutter »), expression de désapprobation typiquement germanique.

Le discours politique a pourtant changé depuis l’accession au pouvoir d’Angela Merkel qui, préoccupée par la dénatalité, a multiplié les places en crèche et favorisé le congé parental des pères. Mais cette évolution ne va pas sans crispations, à l’image d’une violente charge lancée l’été dernier par le quotidien populaire Bild contre « les femmes de pouvoir », qui « font carrière, portent des tailleurs-pantalons, boivent des smoothies et font du fitness ». « On dirait des hommes. Ce ne sont plus des mères. Elles ne veillent plus la nuit quand leur enfant a peur de la foudre et des éclairs », déplorait le quotidien le plus lu d’Europe.
Et les pères dans tout ça

Très contrastés, les commentaires dans la presse oscillent entre appels à « offrir d’autres images de la maternité », moins sacrificielles, et railleries contre les « jérémiades » de jeunes femmes obsédées par leur épanouissement. « Voilà que les enfants sont les parasites du bien-être. Ils perturbent maman dans sa quête de soi », persiflait l’hebdomadaire Die Zeit mi-mars.

Étonnamment, l’idée d’impliquer plus largement les pères est restée discrète. Une étude récente de l’institut économique DIW évaluait pourtant à trois heures par jour le surcroît de travail domestique des femmes, y compris quand elles occupent un emploi à plein-temps. Mais la « spécialisation des rôles » hommes femmes reste très prononcée en Allemagne, relevait en 2010 l’Institut national d’études démographiques (Ined), rappelant que « 77 % » des mères de l’ouest du pays cessent toute activité pendant les trois premières années de leur enfant.

La force de ce schéma explique pourquoi une partie du mouvement féministe a très tôt défendu le droit de ne pas vouloir d’enfant - « obstacle à l’émancipation ». « Les plus lourdes chaînes qui retiennent (les femmes) sont leurs enfants », écrivait en 1977 la figure féministe Alice Schwarzer dans un texte-manifeste. « Socialement, la maternité est une croix que l’on porte quand il le faut. Mais la choisir volontairement ? » Le débat a visiblement encore de belles heures devant lui outre-Rhin.

_________________
"Les gens ont une capacité dingue à s'occuper de ce qui les regarde pas"
- Alexandre Astier -
Revenir en haut Aller en bas
NinNinNekoPyon
Dependance avancée
avatar

Masculin
Nombre de messages : 953
Localisation : Paris Plage
Emploi : Ingénieur Système (ca tape, non ?)
Loisirs : 30 minutes de caca par jour
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Peut-on regretter d'être une mère? Les Allemands s'écharpent   Jeu 30 Juin - 12:37

C'est le problème des pays qui ont une vision étriquée de la maternité : le taux de fécondité s'en ressent.
Toutes les japonaises que je connais qui ont un enfant sont enfermées chez elles à ne parler qu'à leur bébé, car il est mal vu de sortir, de s'amuser, de travailler, tout simplement d'avoir une vie alors qu'elles ont pour rôle d'éduquer la jeunesse.
Il est prévu que, un mois après la naissance de mon fils, ma femme et moi confierons le moutard à mes parents pour aller voir une comédie musicale à Paris. Du point de vue de ma famille, ça n'a pas posé de problème, par contre, du coté japonais, c'est "zurui!" (que dans ce cas, on traduira par "mauvaise mère") car on ne devrait plus sortir jusqu'à la majorité du bambin...
Et dire qu'on remet le couvert 2 mois après pour notre anniversaire de mariage ; totalement inconscient :-P

Pour en revenir au sujet, on ne s'étonnera pas que le taux de fécondité au Japon est faible et que ce sujet est devenu un sujet de société tout comme en Allemagne...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jesuisungeek.net
Thalanth
Maitresse Es Cornichouilles
Maitresse Es Cornichouilles
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1150
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Peut-on regretter d'être une mère? Les Allemands s'écharpent   Mer 6 Juil - 19:58

Beaucoup de paraitre et de "qu'en dira t'on" quoi... mouais

_________________
"Les gens ont une capacité dingue à s'occuper de ce qui les regarde pas"
- Alexandre Astier -
Revenir en haut Aller en bas
NinNinNekoPyon
Dependance avancée
avatar

Masculin
Nombre de messages : 953
Localisation : Paris Plage
Emploi : Ingénieur Système (ca tape, non ?)
Loisirs : 30 minutes de caca par jour
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Peut-on regretter d'être une mère? Les Allemands s'écharpent   Jeu 7 Juil - 10:01

Pour le Japon, c'est ça ! Là-bas, l'objectif à atteindre est l'uniformité donc il faut faire comme les autres, donc une femme avec enfant qui a une autre activité que "mère", c'est une tête qui dépasse du groupe, donc il faut pousser cette personne a faire comme le reste du groupe.

Pour l'Allemagne, c'est surtout une question d'éducation de l'enfant. On y pense qu'un homme éduque moins bien un enfant qu'une mère donc que celle-ci fera mieux que son mari le bonheur de son enfant. Du coup, elle touche une allocation très confortable pour ne pas avoir de soucis d'argent et ne pas être tenté de retourner au boulot et donc, a fortiori, négliger le bonheur de son enfant. Du coup, les femmes qui malgré tout retourne au boulot (parce que bon, le boulot, ce n'est pas juste qu'une histoire de pognon) sont considérés comme des mauvaises mères.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jesuisungeek.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Peut-on regretter d'être une mère? Les Allemands s'écharpent   

Revenir en haut Aller en bas
 
Peut-on regretter d'être une mère? Les Allemands s'écharpent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chahut ds la voiture:la mère fait descendre ses 2 enfants...
» peut on manger du hareng frais ou cuit fumé??
» Congés parental ??? Qui peut m'expliquer
» Cherche conjointe OU mère
» Le blog de Mère Indigne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CERCLE DES VACHES DISPARUES :: Les bas-fonds du donjon. :: La boite à CoinCoin-
Sauter vers: